La fête Ching Ming (Qingmingjie – 清明節) est un peu l'équivalent de la Toussaint catholique, ce jour où l'on se rend sur les tombes de nos ancêtres pour leur rendre hommage et nettoyer leurs tombes. Mais le Ching Ming chinois est différent du fait que la période de fête est plus longue, et rassemble des rituels et activités d'origines différentes. La fête se tient toujours le 4 ou 5 avril. C'est un jour férié à Taiwan.

Les taiwanais sont très respectueux et chacun se doit d'aller rendre hommage aux ancêtres, en nettoyant les tombes, faire bruler des batons d'encens et du papier-argent. Dans ma famille, on allume une cigarette que l'on pose sur la pierre tombale, le grand-père ayant été un grand fumeur, et une bouteille d'alcool de riz.

La coutume de la visite aux tombes familiales, saomu, devenue l'activité essentielle du jour de Ching Ming, semble s'être fixée sous la dynastie des Tang. La coutume perpétuerait la tradition très ancienne de culte aux âmes errantes de Shangsi et l'habitude de visiter les tombes associée au culte de Jiezitui de la période de Hanshi. De plus, l'attribution de nombreux jours de congés à partir des Tang aurait donné à tous, y compris ceux qui vivaient loin de leur région d'origine, une possibilité exceptionnelle de visiter les tombes ancestrales.

La légende populaire qui récapitule le sens de la fête est celle de Jiezitui, un fonctionnaire du seigneur de Jin à l'époque des Printemps et des Automnes, présenté comme un modèle d'intégrité et de piété filiale. Il aurait suivi dans son exil l'héritier du trône chassé par un ministre traître, allant jusqu'à lui offrir un morceau de sa chair comme nourriture alors qu'il mourait de faim. Mais une fois rentré en possession de son titre, le nouveau souverain Jin Wengong oublia totalement son bienfaiteur.

Le jour où la mémoire lui revint, mû par le remords il décida de le faire rechercher et appris que la pauvreté l'avait poussé à aller vivre dans la forêt avec sa vieille mère. Comme on ne le retrouvait pas, quelqu'un eut l'idée contestable de mettre le feu à la forêt pour le faire sortir ; le résultat fut qu'il y brûla vif avec sa mère. Le duc de Jin ordonna alors qu'on lui rende un culte et qu'on s'abstienne d'allumer du feu lors de l'anniversaire de sa mort.

L'année suivante, revenant en pèlerinage sur les lieux, le duc découvrit une pousse de saule à l'endroit où Jiezitui était mort. Il la ficha dans sa coiffure, et les années suivantes chacun prit l'habitude d'accrocher une branche de saule à sa porte en souvenir du héros.

Avec Wikipédia
zp8497586rq

1 COMMENT

  1. l’aut jour c’est pareil, je trouvais aps mon chat alors j’ai mis le feu a mon apart !

Comments are closed.