Premier roman d’une jeune auteure taïwanaise installée en Allemagne, La Salle d’attente est un ouvrage puissant qui touche à différentes problématiques actuelles ayant trait à la question de l’identité. Berlin est le décor d’une histoire d’immigration (et d’exil), superbement écrite.

Dans la salle d’attente d’une administration, un homme patiente. Plus qu’un visa, ce sont des réponses au sens de sa vie qu’il espère. Xu Mingzhang a rencontré sa future épouse à l’université de Taipei. Leurs amis ont bien du mal à comprendre ce qui les unit : c’est une étudiante brillante et ambitieuse, alors que lui est réservé, toujours plongé dans ses livres.

Il la suit pourtant en Allemagne où il s’enferme peu à peu dans un monde intérieur fait de lectures et de silences interminables. Jusqu’au jour où elle lui annonce sobrement qu’elle le quitte. Désormais installé à Berlin, hermétique aux richesses culturelles de la ville, il attend qu’une fonctionnaire, pour qui les gens assis en face d’elle ne sont pas de vrais gens mais des dossiers, décide ou non de prolonger son visa. Surtout, il attend de trouver un sens à sa vie et de découvrir sa véritable identité, loin de son île natale..

A propos de l’auteur:

Diplômée en génie mécanique de l’université de Taïwan, Tsou Yung-Shan s’est installée en 2001 en Allemagne où elle a obtenu un diplôme en art. Son travail d’artiste et d’écrivain se caractérise par le dialogue entre les images et le langage, entre le contenu et le processus d’écriture. Écrit en chinois traditionnel, « La Salle d’attente » est son premier roman.

« Roman visuel et sensuel, La Salle d’attente narre le cheminement intérieur d’un migrant taïwanais qui lutte pour trouver son identité dans une ville, Berlin, qui lui est étrangère. » The Quietus

La salle d’attente, de Tsou Yung-Shan, en librairie le 1er septembre 2016.
Traduit du chinois (Taïwan) par Marie-Louise Orsini
192 pages,
978-2-37119-048-1

NO COMMENTS

Laisser un commentaire