Le CommonWealth Magazine, en partenariat avec 108 médias étrangers et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a eu accès à une très grande masse d’informations inédites : 11 millions de fichiers provenant des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore. Les données, qui constituent le plus gros « leak » de l’histoire, s’étalent de 1977 à 2015. Elles révèlent que des chefs d’Etat, des milliardaires, des grands patrons, des figures du sport, de la culture, de l’économie recourent, avec l’aide de certaines banques, à des montages de sociétés afin de dissimuler leurs avoirs

Les fichiers ont été fournies par une source anonyme au journal allemand Süddeutsche Zeitung et, face à l’ampleur du travail, ont ensuite été partagé avec l’ICIJ, qui à son tour a partagé les données avec le CommonWealth Magazine. Un responsable de la revue, cité par le journal United Daily, a néanmoins affirmé que pour Taiwan, il n’y avait pas, pour l’instant, d’informations « choquantes », ni « explosives » concernant les 16,785 taiwanais dont les noms apparaissent dans les listes des propriétaires de comptes offshores. Il faut noter que posséder une société offshore peut tout à fait être légale et n’entre pas forcément dans le cadre frauduleux de dissimulation de biens (Offshore : ce qui est légal, ce qui ne l’est pas).

Certains médias taiwanais avaient ces derniers jours rapporté, à tort, que les noms de ressortissants taiwanais, y compris Tsai Ying-yang, le frère de la présidente Tsai Ing-wen, et Wei Yin-Chun, Wei Yin-Heng ou encore Wei Ying-Chiao, dirigeants de la société incriminée dans le scandale de l’huile frelatée Tsin Hsin international Group, figuraient dans les «Panama Papers». Ces noms et ceux des autres entreprises taïwanaises peuvent être effectivement trouvées sur le site Internet de ICIJ mais ils proviennent de fuites antérieures, les « offshores leaks » de 2013, consultables sur le site https://offshoreleaks.icij.org/

Interrogé sur ces anciennes révélations, l’avocat de Tsai Ying-yang se demande quel est l’intérêt pour certaines personnes peut-être mal-intentionnées de ressortir cette affaire ? Il a par ailleurs indiqué que Tsai s’était déjà expliqué, qu’il avait bien établi une société offshore, Koppie Ltd., en 2008, dans le cadre d’un fond d’investissement via une banque étrangère, qu’il avait mis fin à ses services après la crise financière en 2009, et qu’il n’avait en aucun cas utilisé ce procédé pour échapper aux impôts ou pour du blanchiment d’argent. L’avocat souligne également que Tsai Ying-yang pensait l’entreprise fermée car il ne recevait plus d’avis de paiement des frais connexes au fonctionnement d’une société, et que si elle existe effectivement toujours, il la fera fermer rapidement.

Toutefois, selon le CommonWealth Magazine, l’investissement à l’étranger déclaré par des entreprises taiwanaises se situe à 10 trillions de dollars taiwanais (270 milliards d’euros) pour des bénéfices nets en 2015 de NT$373 milliards, soit plus de 10 milliards d’euros. Avec un taux d’imposition sur les entreprises à 17%, ces sommes devraient générées plus de NT$63 milliards (1,7 milliards d’euros) en recettes fiscales. Mais selon M. Yang Ye-cheng (楊葉承), professeur de comptabilité à l’université Soochow, seulement 8,78% ont été déclarés au fisc taiwanais, la faute à un manque dans les lois taiwanaises.

F1459904274573

Le New Power Party, troisième force politique du pays et allié du DPP, majorité à l’assemblée, a proposé ce mercredi matin, dans le cadre des modifications de la loi sur le travail et des finances, de nouveaux amendements qui devront permettre de mieux réglementer les investissements des entreprises taiwanaises à l’étranger et donner plus de moyens à la lutte contre l’évasion fiscale. Des députés du DPP et du NPP ont également demandé aux services du Ministère des Finances d’entrer en relation avec l’ICIJ afin d’obtenir les listes et enquêter sur des fraudes potentielles de particuliers et d’entreprises.

Sources:
– www.cw.com.tw
– udn.com
– offshoreleaks.icij.org
– www.chinapost.com.tw

NO COMMENTS