Tzuyu, jeune chanteuse de 16 ans, victime du harcèlement chinois

2

Une jeune chanteuse taiwanaise de 16 ans, membre d’un groupe de K-Pop en Corée du Sud, est bien malgré elle, victime du harcèlement régulier de la Chine à l’encontre de Taiwan et des taiwanais.

Tzuyu, de son vrai nom Zhou Zi-yu (周子瑜), avait gagné un concours lors d’une émission télévisée musicale. La gagnante rejoignait la formation d’un nouveau groupe de K-Pop, TWICE, composé de jeunes chanteuses originaires de Corée, du Japon et donc de Taiwan. Dans une séquence de l’émission de variété à la télévision coréenne (voir la vidéo ci-dessous), les membres du groupe agitent les drapeaux de la Corée et celui de leur pays d’origine. Tzuyu, tout naturellement, agite le drapeau de la République de Chine à Taiwan et dit quelques mots en taiwanais. C’est ce moment-là qui pose problème à la Chine.

Taiwan est de fait une nation, avec son président, son gouvernement, son armée, sa monnaie, ses institutions et son peuple. Mais Taiwan est dans une situation géopolitique complexe. A la fin de la seconde guerre mondiale, en 1945, après 50 ans d’occupation japonaise, les Alliés décident que le gouvernement nationaliste chinois (KMT) de la République de Chine de Chiang Kai-shek aura la charge de l’administration de Taiwan. Des troupes chinoises arrivent alors sur l’île. En Chine, la guerre civile reprend entre les troupes de Chiang et les communistes de Mao. On connait la suite: les communistes gagnent la guerre et Mao proclame sur la place Tiananmen, à Pékin, la fondation de la République populaire de Chine, qui remplace la précédente, la République de Chine établie en 1911 par Sun Yat-sen. En pleine déroute, les troupes du KMT trouvent refuge à Taiwan, seul territoire qui était encore sous leur contrôle (voir notre article: Histoire de Taiwan)

Les nations du monde entier continueront de ne reconnaître que le gouvernement de la République de Chine à Taiwan comme seul gouvernement représentatif de toute la Chine. Il faut attendre les années 60 et 70 pour voir des pays comme la France, le Royaume-Uni ou encore les Etats-Unis rompre leur relations diplomatiques avec Taiwan pour se tourner vers Pékin. Depuis, pour la France et l’ONU, Taiwan n’est pas un pays mais une province chinoise revendiquée par Pékin. Dans les faits, la Chine ne contrôle rien du tout, mais Pékin tente très souvent de harceler Taiwan et les Taiwanais dès lors qu’ils font montre d’une revendication nationaliste, revendication réelle ou non, comme dans cette affaire avec Tzuyu. J’ai moi-même été témoin de tels agissements lors d’un salon professionnel en Allemagne: les stands des exposants taiwanais étaient reconnaissables grâce aux drapeaux de la République de Chine imprimés sur leurs structures, cela n’a pas plu à des officiels chinois qui se sont plaints auprès des organisateurs du salon pour que ces drapeaux soient recouverts.

p01-160115-huangAn
Huang An

Mais revenons-en à notre jeune chanteuse. Après cette émission à la télévision coréenne, des rumeurs commencent à circuler sur les réseaux sociaux quant à un soi-disant engagement politique de la chanteuse, une approche pro-taiwanaise ou encore partisane de l’indépendance de Taiwan alors que la jeune femme n’a jamais fais part de ses opinions politiques. Ces rumeurs ont été propagées sur Weibo, le plus gros réseau social en Chine, par un autre chanteur taiwanais, oui oui, un taiwanais, Huang An, qui fait carrière en Chine et partisan farouche d’une « seule Chine ». Huang An, qui n’en est pas à sa première dénonciation méprisable et honteuse, affirme également que la chaîne taiwanaise Sanlih E-Television (SET 三立電視), plutôt proche des indépendantistes, veut faire de Tsuyu la nouvelle porte-parole du mouvement, affirmation erronée, réfutée par la chaîne et par la société de production JYP Entertainment pour laquelle travaille la chanteuse. Mais le mal est fait. Les réseaux sociaux chinois s’emballent, la rumeur se propage, les internautes chinois en colère créent le hashtag « boycott JYP », Tzuyu reçoit des milliers de messages d’insultes, on lui reproche de s’enrichir en Chine alors qu’elle est taiwanaise, la marque chinoise Huawei annule un contrat publicitaire pour le lancement de nouveaux smartphones en Corée, et des organisateurs de festivités du Nouvel An Lunaire annulent également la prestation du groupe sur les chaînes de télévison Beijing TV et Anhui TV.

Face à ce déferlement de bêtises, Tzuyu devait agir. Dans le communiqué vidéo ci-dessous, elle s’excuse de ne pas avoir réagi plus tôt, affirme qu’il n’existe qu’une seule Chine, que les deux rives ne forment qu’une seule, qu’elle est fière d’être chinoise, elle s’excuse aussi de son comportement durant l’émission, d’avoir ainsi blessé les chinois, d’avoir causé préjudice à son employeur, qu’elle est vraiment désolée et qu’elle se sent coupable. Elle dit enfin qu’elle met en suspend ses activités professionnelles en Chine.

Après la diffusion de cette vidéo, c’est au tour des réseaux sociaux taiwanais de s’emballer. On y trouve des dessins de la jeune Tzuyu en pleurs, obligée de faire son communiqué tel Peeta, du film Hunger Games, victime d’un lavage de cerveau. Certains partagent leurs opinions indépendantistes, d’autres postent des photos de leur carte d’identité avec le drapeau de la RDC, la compagnie aérienne taiwanaise V-Air poste une image de sa mascotte avec un drapeau, ou encore des files d’attentes d’électeurs taiwanais qui votent aujourd’hui pour élire un nouveau président et un nouveau parlement, mettant ainsi l’accent sur cette jeune démocratie qu’est Taiwan.

12524014_1051445744876224_8506581110317103458_n

2 COMMENTS

Comments are closed.