Interview de M. Marc Villard, candidat Parti Socialiste

1

1) Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours. Etes-vous actuellement «français de l’étranger» ?

Né en 1951, marié, père de trois enfants, cela fera bientôt trois décennies que je suis expatrié. Après de nombreux voyages professionnels qui m’ont fait sillonner l’Afrique, je me suis fixé en 82 au Togo, ensuite, en Côte d’Ivoire, avant, tout début 90, de venir m’installer au Vietnam où je réside encore actuellement.

Cadre commercial, mon parcours m’a amené du transport aérien à la représentation d’un grand groupe pharmaceutique français en passant par le négoce international. Aujourd’hui j’assure le suivi des relations avec les fournisseurs dans une société d’importation et de distribution mise en place il y a quelques années avec mon épouse.

Au fil des ans, au sein d’organisations, de groupes d’amis, de collègues, puis dans des associations professionnelles, j’ai toujours manifesté et revendiqué mon ancrage à gauche et fait en sorte d’essayer, par l’engagement et l’action, l’exemple, de promouvoir ces idées. Cela m’a amené à devenir Conseiller du Commerce Extérieur de la France, puis en 1998 Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie française au Vietnam, poste que j’ai occupé pendant plusieurs mandats et que j’occupais encore jusqu’à fin mars dernier.
 Elu à l’ Assemblée des Français de l’Etranger en 2000, Vice-Président de cette Assemblée de 2003 à 2006, je préside depuis 6 ans la commission des Finances et des Affaires économiques.
Cela m’amène à mettre plus particulièrement l’accent sur la valorisation de l’apport des Français de l’étranger au rayonnement économique de la France. Je m’efforce de montrer aux responsables politiques, tout comme à nos concitoyens en France, que les Français à l’étranger, loin d’être une charge pour l’État, pour la France et ses contribuables, sont bel et bien une chance pour notre développement économique.

Je ne néglige pas pour autant tous les aspects « sociaux » de la vie des Français à l’étranger : protection sociale, enseignement, sécurité, et l’exercice de mon mandat à l’Assemblée des Français de l’étranger m’a familiarisé avec ces sujets et permis de nouer de nombreux contacts dans les administrations et ministères.
C’est dans l'objectif de poursuivre de façon plus efficace, dans une assemblée législative, le travail commencé à l’Assemblée des Français de l’Etranger qui n’est que consultative, que je me présente, avec l’investiture du Parti Socialiste, aux élections législatives 2012, sur la 11ème circonscription des Français de l’étranger.
Comme vous pouvez le lire, je suis vraiment un Français de l’Etranger, résolument engagé depuis des années dans la représentation et la défense des préoccupations des Français établis hors de France.

2) La 11ème circonscription est très vaste, comment pensez-vous «entendre» les besoins des Français de cette région, comment pensez-vous les rencontrer, si vous êtes élu ?

Cela fait déjà 12 ans qu’élu pour la circonscription Asie du Sud-Est de l’Assemblée des Français de l’Etranger, je suis à l’écoute des préoccupations et besoins de nos concitoyens. Député, à l’image des députés des DOM-TOM, j’essaierai de m'organiser, en fonction de l’actualité parlementaire, de façon à passer du temps chaque mois dans la circonscription. Pour garder le contact avec nos concitoyens, avec la réalité de terrain, je m’appuierai bien évidemment sur les élus à l’Assemblée des Français de l’Etranger, dont le rôle va être renforcé par l’existence de députés. Je m’appuierai également sur les représentants des partis politiques, sur les représentants des associations, UFE, Français du Monde-ADFE, et pour la partie économique sur les Conseillers du Commerce Extérieur, sur les Chambres de Commerce, milieu que je connais bien pour en faire ou en avoir fait partie.

3) Quelle est votre position sur l’impôt des Français établis hors de France ?

Ma position est claire, elle a été exposée sur mon blog dans un article intitulé « Quelques Chiffres cachés pour certains par l’ombre des cocotiers »… Je suis contre et je suis allé avec trois sénateurs des Français établis hors de France l’exposer clairement à J.Cahuzac. A l’imposition, je préfère la valorisation de l’apport des Français de l’étranger au développement du Commerce Extérieur. Dans un envoi récent aux électeurs, je démontre par ailleurs que les candidats de droite qui brandissent la menace d’une imposition des Français de l’Etranger par la Gauche ont la mémoire courte et oublient les toutes dernières propositions faites dans ce sens par leur propre camp à commencer par Nicolas Sarkozy qui a affirmé dans un entretien télévisé vouloir lier, comme les Américains, la fiscalité à la nationalité …

4) Soutenez-vous le projet de gratuité des écoles française à l’étranger pour les Français de l’étranger ?

Là aussi ma position, comme celle de la Gauche, est claire. Si la gratuité, qui n’existe plus (de) aujourd’hui et a été remplacée par une prise en charge (PEC) partielle ne couvrant en moyenne que 70% des frais de scolarité, ne peut être étendue à tous, (et même les élus de Droite concèdent que cela n’est pas financièrement viable), je suis contre, car cette mesure est génératrice d’inégalité.
A cette prise en charge attribuée sans critères de revenus, je préfère le système des bourses scolaires attribuées sur critères sociaux. La suppression de la PEC permettra d’augmenter le budget des bourses scolaires et d’en faire ainsi bénéficier des familles qui étaient jusqu’à maintenant ‘’hors barème’’.

5) Quelle est votre position sur le récent durcissement des conditions du mariage mixte ?

Mon épouse est vietnamienne. Au fil des ans, j’ai vu se durcir les contraintes imposées au conjoint étranger pour obtenir la nationalité française, pour obtenir un visa de séjour ! Je trouve ça absolument inadmissible. Il faut revenir, et nous reviendrons, à plus d’humanité. Il faut mettre fin à ce climat détestable de méfiance absolue qui fait de toute personne souhaitant obtenir la nationalité française un suspect!

6) Quelle est votre position sur les lois LOPPSI, HADOPI, ACTA, etc..?

La propriété intellectuelle est un problème important. Ayant travaillé de nombreuses années dans l’industrie pharmaceutique, j’ai été confronté au problème de la copie qui, dans ce secteur d’activité, se double d’un problème de santé publique. En ce qui concerne la musique, le film, le livre, il convient de maintenir l’équilibre entre la juste rémunération des auteurs et l’accès au plus grand nombre. Un débat vient d’être lancé en France sur ce sujet, si je suis élu, j’y prendrai part avec beaucoup d’attention dès l’ouverture de la session parlementaire.

7) Que souhaitez-vous dire aux Français de Taiwan ?

Les Français de Taiwan, que j’ai rencontrés tout dernièrement lors d’une tournée électorale que j’effectue en ce moment pour aller à la rencontre des électeurs ont été longtemps privés de la possibilité de voter sur place. Aujourd’hui, ils le peuvent. Soyez nombreux à aller voter ! Ce serait un mauvais signal que nous enverrions à la France, si, à l’occasion de cette élection de ‘’nos’’ députés, la participation était faible. Allez voter et si ces quelques lignes vous ont convaincus, votez pour moi ! Merci !

Site internet: http://marc-villard.com/

zp8497586rq

1 COMMENT

Comments are closed.