Roues Libres à Taiwan, Part 2

2

Jeudi 11 août: A Taipei

Taipei (nord de Taiwan, en chinois), capitale de Taiwan, compte plus de 3 millions d’habitants et des milliers de scooters. Les taiwanais aiment le scooter et ça se voit. Dans toutes les villes du pays, ces scooters déboulent de partout, se postent en première ligne au feu rouge, démarrent tous ensemble dans un bruit assourdissant, frôlant automobilistes, piétons et cyclistes : un véritable fourmillement de scooters. Ces scooters sont, en même temps, une particularité taiwanaise, un incontournable dans le paysage urbain mais aussi, une horreur, tant ils sont bruyants et dangereux. Etant donné le nombre, les accidents sont forcément nombreux et graves, d’autant que certains scooters servent de transport en commun.

Comme toutes les grandes villes asiatiques, Taipei abonde d’enseignes multicolores qui illuminent la ville le soir venu. Taipei, comme toutes les villes taiwanaises, vit beaucoup la nuit. Certainement parce que la chaleur y est moins étouffante que dans la journée. La foule se presse sur les nombreux marchés de nuit qui ouvrent entre 18 et 19h et ferment au petit matin, vers 4 ou 5h. Toute l’âme de Taiwan se mesure dans les allées de ses marchés traditionnels. En plus que d’y faire les courses, les taiwanais viennent y passer du bon temps : la balade du soir, indispensable à l’équilibre psychique ! On trouve de tout dans ces marchés de nuit mais en grande majorité, grouillent échoppes et marchands ambulants proposant toutes sortes de nourriture, à des prix très abordables. Familles et amis se retrouvent dans les marchés de nuit qui constituent, indiscutablement, le mode de restauration le plus original de Taiwan.

Preuve du savoir-faire des architectes et bâtisseurs taiwanais, mais aussi un pied de nez à la Chine qui n’a pas son pareil, la tour 101 est la fierté de Taiwan. Avec 508m et 101 étages, cette tour (photo 6) a, longtemps été, la plus élevée du monde jusqu’à ce que Dubaï en construise une de 828m en 2010 ! On peut imaginer, dans la forme de cette tour, un bambou géant, dont chaque étage matérialise les nœuds. Elle est conçue pour absorber des secousses au-delà d’une magnitude 7 et devrait résister aux plus forts typhons grâce à une boule d’acier de 800 tonnes, placée au 88ème étage, qui limite les mouvement latéraux.

Les rues de Taipei sont animées, les artistes s’y produisent, au détour des rues ou des places, alors que les pin-up posent pour les photographes.

Nous avons eu la chance d’être à Taipei pendant le festival des Cultures indigènes : parades dans les rues, hautes en couleurs et en musique. Ces défilés de rues s’apparentent, parfois, à des défilés de fesses à l’air, natures ou décorées.

Leçon de photo:

Leçon de photo est un peu présomptueux ! Plutôt parler de décorticage d’une photo ou bien des conditions de prise de vue de la rue taiwanaise.

Il est 17h, on s’arrête, pour dîner, dans un boui-boui avec vue sur rue. C’est beaucoup moins confortable qu’une salle de restaurant climatisée, surtout avec 35°C au thermomètre, mais sans comparaison, pour observer la rue. On commande une assiette de grosses pâtes et germes de soja ainsi qu’un thé glacé aux perles.

Le soleil, qui se couche vers 18h30, n’éclaire déjà plus ce genre de petites ruelles, ce qui s’avère idéal pour ne pas avoir de trop forts contrastes entre les zones d’ombre et de soleil.
Il faut chercher, dans le viseur, la scène qui exprime au mieux la rue taiwanaise : couleurs chaudes (du jaune, du orange), un peu de crasse, des scooters, des enseignes en kanji (caractères chinois) pour situer la scène en Asie, des gros poteaux électriques défraîchis… ça y est, le cadrage est trouvé. Il manque quelque chose pour que cette photo soit différente de celle de Monsieur Tout-le-monde : peut-être attendre le passage d’un scooter. Le scooter est indissociable de la vie taiwanaise. Il est le patrimoine de Taiwan, au même titre que les voitures de luxe à Monaco, les pommiers en Normandie, les volcans en Islande, les kangourous en Australie…
L’appareil photo numérique a néanmoins, pour défaut majeur, d’être un peu long à réagir. Aussi, faut-il anticiper : appuyer sur le déclencheur avant que le scooter apparaisse dans le viseur. Un dixième de seconde trop tard et le scooter a disparu ou bien se trouve mal placé : trop à gauche sur la photo ou encore, en plein milieu, cachant la scène.
Il faut un peu de patience, recommencer encore et encore (avantage du numérique : on voit le résultat de suite), jusqu’à obtenir la photo désirée (photo 15). Bien entendu, ce genre d’image ne peut pas plaire à tous. Le principal étant qu’elle plaise à l’auteur !

Pendant ce temps, les pâtes chaudes ont refroidi et le thé glacé s’est réchauffé.

Pour la photo suivante, il a fallu beaucoup de chance : scruter le ciel au moment où un OVNI décollait d’une planète lointaine. Là, il a fallu faire vite, très vite : les OVNI arrivent très très vite dans notre ciel ! Pour avoir l’OVNI, sur la photo, traversant l’horizon à hauteur de la tour 101, il a fallu trouver un point un peu surélevé, de manière à ne pas avoir cette fameuse tour, qui fait tout de même 508m de hauteur, trop en contre-plongée. Nous avons trouvé un immeuble alentours dans lequel on a pu pénétrer puis monter dans les étages, sans se faire repérer par un gardien. Nous sommes arrivés juste à temps, au 9ème étage, au moment où l’OVNI traversait le ciel à hauteur de la tour.

Pour des photos originales, nul besoin de matériel sophistiqué ou d’un énorme zoom, regarder autour de soi, patienter et persévérer sont les clés de la réussite.

2 COMMENTS

  1. Etant aller a Taipei pendant le mois d’août je peux que confirmer vos dires, c’est exactement l’impression que j’ai eu quand je suis allé la-bas. Par contre je ne trouve pas que les scooters sont bruyants, si on les compare a ceux qui sont en France. C’est vrai que c’est impressionnant de voir le démarrage des scooters en heure de pointe, surtout en plein centre, non loin de Taipei 101 😀 Les marchés de nuit sont incontournables, l’occasion de goûter a la gastronomie taiwanaise. J’ai hâte de retourner en décembre et voir si la vie est différente a cette période de l’année 🙂

Comments are closed.