Les organes d’un homme porteur du VIH transplantés par erreur sur cinq patients

0

C’est peut-être le plus grave scandale qui ait jamais atteint le prestigieux Hôpital de l’Université nationale de Taiwan (NTUH) : des organes prélevés sur un jeune homme en état de mort cérébrale ont été transplantés le 24 août dernier sur cinq patients alors qu’il avait été identifié comme porteur du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), le rétrovirus responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (sida).

Une enquête est en cours pour comprendre à quel moment précis de la procédure s’est glissée cette catastrophique erreur médicale. Des tests réalisés sur des échantillons de sang provenant du donneur avant les transplantations ont effectivement révélé la présence du VIH mais l’équipe chirurgicale qui a réalisé les greffes n’a apparemment pas eu connaissance de cet élément avant le 25 août.

La mère du jeune donneur, qui avait elle-même suggéré le prélèvement, n’était pas au courant de son infection par le VIH.

Les poumons, le foie et les reins prélevés sur le jeune homme, victime d’une chute accidentelle à son domicile le 23 août, avaient déjà été greffés sur quatre patients du NTUH et son cœur sur un patient de l’Hôpital de l’Université nationale Cheng Kung.

Le NTUH risque une amende de 500 000 dollars taiwanais pour faute médicale grave et la fermeture temporaire de son unité de transplantation d’organes, sans parler des dommages et intérêts que l’hôpital pourrait être amené à verser aux patients victimes de cette erreur.

zp8497586rq

NO COMMENTS