La police taiwanaise

6

Motard

Garante de la sécurité des citoyens taiwanais, l’Agence de Police Nationale (NPA) coordonne et surveille l’action de tous les services de police du territoire. Ce modeste article va permettre de connaître et comprendre un peu mieux l’organisation et le fonctionnement de cette force qui veille à la tranquillité de Taïwan et permet à l’île de posséder un taux de criminalité particulièrement bas.

Hiérarchie

L’action des différents services est déléguée aux départements locaux de la police même si dans les faits ceux-ci restent sous le contrôle de la NPA qui possède également plusieurs unités spéciales qui peuvent être détachées pour renforcer des policiers locaux en cas de problème comme cela a été le cas à Taichung récemment. Contrairement aux Etats-Unis par exemple le gouvernement central nomme lui-même les dirigeants des structures locales et ce aussi bien à l’échelle du comté que de la ville. Le directeur de la NPA a ainsi la mainmise sur le transfert ou la rotation du personnel, les sanctions ou réprimandes sur les chefs de départements locaux. Seule exception : le Président de l’Université Centrale de la Police qui est subordonné directement au Ministre de l’Intérieur et n’est ainsi pas sujet au comité d’examen du personnel de la NPA. Hiérarchiquement la « pyramide » de la police taiwanaise se résume comme suit :

  • Le Yuan exécutif (Parlement)
  • Le Ministère de l’Intérieur
  • La National Police Agency (NPA)
  • Département de comté, de villes,…
  • Commissariats, pelotons,…

Unités de la police

La police taiwanaise compte plusieurs unités différentes spécialisées pour différentes tâches. Par exemple le Criminal Investigation Bureau (CIB) chargé des enquêtes sur les homicides, les expertises légales (médecins légistes,…) et la criminalité informatique. Le CIB chapeaute 9 brigades ayant chacune leur domaine d’investigation précis comme les homicides et possessions illégales d’armes à feu, les kidnappings et disparitions, les affaires de drogues, les agressions sexuelles, les menaces de bombes, la criminalité économique ou informatique et, parmi les 9 brigades du CIB, 2 sont des escadrons de réactions rapides (le premier basé au centre et le second au Sud de Taïwan).

En plus du CIB la police taiwanaise compte 7 Corps spéciaux (Special Police Corps ou encore Peace Preservation Police Corps) dont les missions incluent la protection financière de l’île (lutte contre le piratage ou le non-respect de la propriété intellectuelle ainsi que l’espionnage industriel), la protection des centrales nucléaires, l’appui aux gardes-frontières, contrôle de foule et actions anti-émeutes, la protection des bâtiments importants (comme les ambassades étrangères ou les bâtiments diplomatiques et de l’État taiwanais).

A ces 7 corps s’ajoutent également un bureau de l’immigration, une police des autoroutes, une police des chemins de fer, une police des aéroports, une police pour la protection des parcs nationaux, une école pour la formation des futurs agents, une armurerie de la police, un département des télécommunications et, plus original, la station de radio de la police. Il s’agit d’une radio tout public diffusant de la musique, des informations et des programmes de divertissement.

La police taiwanaise possède également des Wei-An Special Services Units (plus couramment connues sous le nom de Thunder Squads). Il s’agit d’un équivalent taiwanais des SWAT américains et constitué de policiers spécialement entraînés et équipés pour les situations les plus extrêmes : terrorisme, prise d’otages,…

A savoir…

Véhicule de la police de l'autoroute

C’est également la police qui est en charge du recensement de la population, y compris étrangère. A cet effet chaque département possède un bureau de contrôle des visas et passeports pour les étrangers. La plupart des agents affectés au contrôle des étrangers parlent en général anglais.

A l’exception des agents affectés à la surveillance de la circulation routière, tous les policiers taiwanais sont équipés d’une arme à feu (pistolet) et d’une matraque. Une critique souvent formulée était le manque flagrant d’équipements incapacitants (permettant de neutraliser un suspect sans le tuer et avec un risque minimum de blessure) comme des Taser ou des sprays lacrymogènes limitant les possibilités de stopper un suspect violent ou prenant la fuite.  Par le passé il n’était pas rare que les policiers soient obligés de tirer dans les jambes pour immobiliser un fuyard. Néanmoins il semblerait que cette pratique aie largement perdu en popularité et soit désormais anecdotique.

Sélection et formation des futurs agents

Les policiers de carrière sont formés au Taiwan Police College basé à Taipei ou à la Central Police University à Taoyuan. Le collège de police de Taipei fournit la formation de base pour les policiers affectés aux patrouilles alors que l’université de Taoyuan dispense un enseignement destiné aux futurs cadres avec une formation en médecine légale, administration, le contrôle du trafic, la balistique, le contrôle des frontières, l’enquête sur les homicides, la police maritime, la gestion de l’information, le code pénal ou d’autres sujets plus pointus.

En 2006 les critères de sélection ont été revus pour pouvoir accepter toutes les personnes avec un diplôme de lycée et d’un âge compris entre 18 et 28 ans alors qu’avant seul un diplôme d’université permettait de passer les examens de sélection de la police. De même les jeunes-hommes appelés au service militaire peuvent le passer dans la police. Ils sont en général affectés au contrôle du trafic routier, la contre-manifestation, le travail de secrétariat et les patrouilles.

Pour aller plus loin:

6 COMMENTS

  1. Article interessant mais malheureusement loin de la realite.
    Le taux de criminalite et d’infractions est bas car elles ne sont tout simplement pas enregistrees (passage au rouge, exces de vitesse, accident, etc …).
    Ayant eu a faire a la police pour un accident de la circulation j’ai eu le sentiment d’avoir fait un bond en arriere d’une vingtaine d’annees en voyant comment l’affaire a ete gere et l’apres affaire.
    Le systeme judiciaire etant egalement tres desordonne, prennant toujours en compte mon accident et les temoignages d’amis avocats ici.

    Taiwan est un pays interessant mais attention a ne pas tout idealiser !

  2. ou est-ce idéalisé ? L’article « n’idéalise » pas Taiwan ou sa police, de ce que je lis, c’est une présentation général du système de la police taiwanaise. Après, est-ce que cela fonctionne bien ou mal, est-ce qu’il y a des ratés, de la corruption ou je ne sais quoi, c’est un autre sujet, Affirmer que le taux de criminalité est bas n’est pas non-plus idéaliser, mais affirmer un fait, confirmé par les chiffres officiels. Pareil, si après les chiffres sont truqués ou faussés car pas enregistrés, c’est encore une fois un autre problème qui n’a rien à voir avec cet article. Ici, l’auteur précise bien:
    « Ce modeste article va permettre de connaître et comprendre un peu mieux l’organisation et le fonctionnement de cette force  »
    Voilà … après chacun à ses expériences. Moi j’en ai des positives, ou les agents en face de moi étaient très professionnels et ont résolu mon « affaire » très vite …

  3. Hello !
    Oui, moi je me contentais juste de présenter juste la hiérarchie et le schéma de fonctionnement de la police de Taïwan, je ne faisais pas de projection sur son efficacité réelle ou imaginaire. Au niveau du taux de criminalité à proprement parler quand je disais criminalité très basse je parlais en rapport de pays voisins, voire même de la France/Belgique. Pour son efficacité ou sa façon de traiter les affaires je ne peux pas me prononcer puisque je n’ai jamais eu affaire à elle.
    🙂

Comments are closed.