Formosa Betrayed, ou l’île trahie

2

Inspiré de faits réels, Formosa Betrayed, que l’on pourrait traduire par « Formosa Trahie » nous entraîne dans le Taiwan des années 80 et l’enquête menée par un agent du FBI, Jake Kelly, concernant l’assassinat d’un professeur taiwano-américain dans une université américaine.

Durant son enquête, Jack Kelly découvre que le meurtrier s’est enfui à Taiwan. Le FBI envoie l’agent Kelly à Taiwan afin d’aider le gouvernement taiwanais (République de Chine) à trouver le meurtrier. Guidé par un diplomate américain et un officiel taiwanais, Kelly réalise très vite que non-seulement il n’est pas la bienvenue sur l’île, mais qu’il se passe des évènemens plus perfides et horribles en profondeur.

Grace à l’aide de Ming, un activiste taiwanais, l’agent Kelly découvre la dérangeante vérité de la réalité de cette île appelée autrefois Formosa, et des agissements du parti nationaliste sous la dictature. Jack Kelly sera au beau milieu d’une affaire dans laquelle le Département d’Etat Américain, la mafia chinoise, le mouvement indépendantiste et les plus hautes instances taiwanaises sont impliquées.

  • Réalisateur: Adam Kane
  • Producteurs: Will Tiao, Adam Kane, David Cluck
  • Script: Will Tiao, Katie Swain, Charlie Stratton, Yann Samuell, Brian Askew, Nathaniel Goodman
  • Acteurs: James Van Der Beek, Wendy Crewson, John Heard, Will Tiao, Tzi Ma, Leslie Hope, Kenneth Tsang
  • Musique: Jeff Danna
  • Cinematographie: Irek Hartowicz
  • Editeur: Howard E. Smith
  • Sortie dans les salles: 2009

Plus sur http://www.imdb.com/title/tt1121786/

Bande-annonce

Aller plus loin

Le film Formosa Betrayed, sans en traiter directement, fait allusion à plusieurs assassinats perpétrés par des tueurs professionnels, dont pour certains il a été prouvé qu’ils agissaient pour le gouvernement nationaliste du KMT et étaient membres du fameux gang des bambous, l’un des gangs « protecteurs » du Kuomintang.

Professeur Chen Wen-Chen

Tout d’abord, l’assassinat d’un professeur d’université taiwanais, le professeur Chen Wen-Chen, dont le corps a été retrouvé au petit matin du 3 juillet 1981 sur le campus de la National Taiwan University à Taipei. Le professeur Chen était professeur-assistant à la prestigieuse université de Carnegie-Mellon en Pennsylvanie, Etats-Unis. Il était aussi farouche défenseur des droits de l’homme et plutôt favorable à l’indépendance de Taiwan. C’était lors d’un séjour familial à Taiwan que le professeur Chen fut arrêté par la police secrète pour être intérrogé sur ses activités. Il fut arrêté le 1er juillet, et le 3 juillet, son corps est découvert sur un parking de la NTU. L’enquête n’avait mené à rien et son meurtrier n’a jamais été arrêté. Une autre affaire abordée dans le film, c’est l’effroyable meurtre de la mère et des deux petites filles du dissident Lin Yi-Hsiung en 1980, arrêté après l’Incident de Kaohsiung.

Le 28 février 1980, quelques mois après l’incident de Kaohsiung, Lin Yi-Hsiung est en prison depuis plus de deux mois déjà. Les visites viennent d’être autorisées et sa femme est allée le voir. Leur fille ainée de 9 ans est à l’école et leur deux petites jumelles (5 ans) sont gardées par la grand-mère. Huan-Chun Lin, la fille ainée, rentre de l’école. Elle n’aperçoit pas le véhicule de la police secrète qui est d’habitude garée en face de leur maison, et ce, depuis l’arrestation de son père. Elle toque à la porte, personne ne répond, elle frappe plus fort et un homme qu’elle ne connaît pas lui ouvre. Habituée à voir des inconnus à la maison depuis quelques temps, elle ne s’en inquiète pas. Elle grimpe directement dans sa chambre, et une fois à l’intérieur, elle remarque que l’homme l’a suivit. L’étranger se jette sur la petite fille et lui assène des coups de couteaux. Partiellement protégée par son sac d’école, le premier coup manque sa cible. L’enfant court se réfugier sous son bureau, poursuivit par l’étranger qui continue de lui porter des coups de couteau. Certains la touchent, la petite est blessée. A ce moment-là, la grand-mère rentre à la maison, accompagnée des deux petites jumelles. Elle appelle Huan-Chun. L’inconnu, surpris par le retour de la grand-mère, sort de la chambre. Huan-Chun entend des cris de sa grand-mère et des objets tomber.

Les filles de Lin Yi-Hsiung

La mère de Huan-Chun était en visite à la prison, et avait pour habitude de téléphoner pour s’assurer que tout allait bien. Elle appela la maison à plusieurs reprises et inquiète de n’avoir aucune réponse, contacta la secrétaire de son mari, lui demandant d’aller chez eux voir ce qui se passe. La secrétaire trouva la petite Huan-Chun dans un bain de sang, gravement blessée, mais en vie. Elle trouva aussi les cadavres de la grand-mère et des deux petites de 5 ans.

Lin Yi-Hsiung en prison, il ne pouvait prendre soin, ni protéger sa femme et sa fille. Il demanda alors à son épouse de se réfugier aux Etats-Unis, où des taiwanais expatriés, sympathisants au mouvement, pourront les aider. Lin Yi-Hsiung fut libéré en 1984. Il s’inscrivit à l’université de Harvard avec sa femme. Ils revinrent quelques années plus-tard à Taiwan et il s’impliqua à nouveau dans la politique. Leur fille Huan-Chun, unique survivante du massacre, est restée aux Etats-Unis. Elle est depuis mariée à un américain et elle est maman de 3 filles. Les autorités n’ont jamais retrouvé l’assassin de la famille Lin.

Henry Liu

Enfin, une troisième affaire est brièvement abordée, le meurtre de l’écrivain dissident Henry Liu en Californie en 1984. Henry Liu terminait son nouveau livre critique sur la politique de Chiang Ching-Kuo, le fils du Général Ciang Kai-Shek. Il fut assassiné un 15 octobre 1984 dans son garage, par deux balles dans la tête. Henry Liu possédait la double-nationalité sino-américiane (sino = République de Chine à Taiwan) et cette fois-ci, le gouvernement américain avait tout fait pour arrêter ses meurtriers qui avaient fui vers Taiwan. Ce n’est que lorsque le FBI découvre une vidéo impliquant le chef de la police militaire, Wang Hsi-ling, que le gouvernement nationaliste lâche ses tueurs et les livre aux FBI. Les suspects seront alors jugés aux Etats-Unis et condamnés à la prison à vie. Ils indiqueront clairement durant leur procès que le commanditaire du meurtre est le gouvernement de la République de Chine (KMT) via le chef de la police secrète Wang Hsi-ling. Mais l’enquête s’arrêta là.

Formosa Betrayed a de remarquable qu’il se situe dans la mouvance des films comme Hotel Rwanda, Syriana ou encore La Déchirure, qui raconte les massacres perpétrés par les Khmers Rouges au Cambodge, ces films d’actions dont le script se base sur des faits réels, et durant lesquels les terribles agissements d’un gouvernement sont dévoilés au grand public.
Will Tiao, l’auteur de ce projet, indique que jamais dans le film les acteurs n’ont prononcé le terme « Kuomintang », il ne souhaitait pas lancer la pierre sur le parti nationaliste, mais plutôt permettre à une large audience de mieux saisir la vie à Taiwan sous la loi martiale. Enfin, il espère avant tout que son film permette un déclenchement de discussions à Taiwan afin d’aboutir à un processus de “vérité et réconciliation” similaire à celui vécu en Afrique du Sud à la fin de l’apartheid. Des meutres ont été commis, des milliers de taiwanais ont souffert, il lui semble indispensable que la nation taiwanaise affronte ces 45 années de l’histoire de Taiwan. A voir absolument.

Liens:
Site officiel: http://www.formosathemovie.com

Pour en savoir plus:
http://www.facebook.com/group.php?gid=5250182906
http://twitter.com/FormosaBetrayed
http://www.imdb.com/title/tt1121786
http://jemydog.wordpress.com/2009/10/12/review-of-formosa-betrayed/
http://eric-c.blogs.allocine.fr/eric-c-254581-formosa_betrayed__bande_annonce_vo_2010.htm
http://www.romanization.com/books/formosabetrayed/
http://www.cwcmf.net/html/cwcmf_about.html
http://zen.sandiego.edu:8080/Jerome/1252739316/index_html
http://taiwaneseamerican.org/eastcoast/2009/09/formosa-betrayed-at-dc-apa-film.html
http://albums.tomoro.net/Jerome/lin_yi_hsiung/
http://en.wikipedia.org/wiki/Henry_Liu
http://www.taiwandc.org/twcom/tc19-int.pdf
http://taiwanmatters.blogspot.com/2006/09/more-on-white-wolf.html

2 COMMENTS

  1. Je l’ai vu et j’ai bien aimé. Ca va très vite au début, faut suivre … mais les images donnent une superbe impression de l’ambiance du Taipei des années 80. Les acteurs jouent bien et le fil est bien tendu. Je ne connaissais pas ce Taiwan là, mais je pense que bcp de gens ne le connaissent pas.

  2. A lire l ‘excellent article écrit par « Eva Everest » http://evaeverest.blogspot.com/2011/07/formosa-betrayed.html

    « Ce film semble avoir été fait pour répondre à cette carence, sauver la mémoire de toutes ces personnes mortes d’avoir voulu penser leur pays, résistants oubliés de l’histoire de Taiwan. Il fait particulièrement référence à deux d’entre eux, le professeur Chen wen-chen et le journaliste Henry Liu, tués pour avoir critiqué le KMT et la famille Chiang. Il y en a beaucoup d’autres, comme on peut le constater en visitant la prison politique de l’île verte, des penseurs, politiciens, artistes, qui furent emprisonnés, torturés et tués pour éviter qu’une élite de souche taïwanaise ne construise un contre pouvoir qui déstabiliserait la dictature.

    Pendant longtemps j’ai pensé que le respect qui restait encore sur l’île pour le vieux dictateur était dû au fait que grâce à lui – et malgré ses propres ambitions – Taiwan était maintenant libre et développé, au contraire de la Chine. Aujourd’hui je me rends compte que je suis encore loin de la vérité. La liberté s’est payée ici très chère, et semble, en même temps, toujours très fragile. Les esprits ne sont pas encore tout à fait détachés de ce lourd passé lobotomisant, et les contre-pouvoirs peinent toujours à se faire entendre. « 

Comments are closed.