L’opposition attaque le gouvernement sur la politique continentale

0


Après la troisième rencontre entre les deux rives qui vient d’avoir lieu dimanche 26 avril à Nankin, sur le continent chinois, Tsai Ing-wen, la présidente du Parti démocrate-progressiste (DPP), a accusé le gouvernement de manquer de transparence dans le processus des négociations et a qualifié celles-ci « d’échec ».

Selon la présidente du DPP, le gouvernement a commis quatre erreurs majeures dans sa gestion de ces négociations : « la souveraineté nationale a d’abord fait l’objet de concessions de la part du gouvernement, qui s’est ensuite trop appuyé sur la bonne volonté de Pékin et sur l’économie chinoise, puis qui a soustrait du Parlement et de l’opposition l’examen de ces accords, et a enfin ignoré les données de sécurité nationale, provoquant ainsi un conflit d’intérêt entre les membres du gouvernement et l’équipe des négociateurs. »

Pour Tsai Ing-wen, outre les concessions sur la souveraineté nationale, le gouvernement a renoncé à négocier le dossier des vols par correspondance, ce qui implique que les vols entre les deux rives sont de nature intérieure et non internationale. Selon elle, il a également failli à signer un accord d’extradition proprement dit, tandis que l’accord de coopération financière n’est qu’en apparence bénéfique aux entreprises insulaires.

Tsai Ing-wen a appelé l’opinion publique à faire preuve d’une vigilance accrue face à la politique continentale du gouvernement et à manifester le 17 mai prochain contre cette politique et ses échecs.
Enfin, l’ancienne vice-présidente, Annette Lu, a également appelé le gouvernement à faire preuve de transparence, à rechercher un consensus dans l’opinion publique sur la nature des accords qu’elle estime nécessaire de soumettre à l’examen du Parlement.

De son côté, le député DPP Gao Jyh-peng a aussi appelé le gouvernement à soumettre au Parlement les accords négociés sous peine de devoir faire face à une manifestation monstre, le 17 mai prochain. La Loi régissant les relations entre les peuples des zones de Taiwan et du continent chinois décrète le principe de l’application automatique des accords signés entre les deux rives dans les 30 jours suivant leur signature, sauf si le Parlement rejette les accords en question, a-t-il expliqué, le Kuomintang (KMT), qui détient la majorité au Parlement, doit accepter que le Parlement exerce son contrôle sur le contenu des accords.

Yang Chiung-ying, une députée KMT, a répondu à ces attaques en expliquant que le dossier sur la capacité des compagnies aériennes insulaires à desservir une destination internationale à partir d’une escale en Chine serait négocié « en temps et en heure ». Elle a appelé le DPP à ne pas politiser ces accords, qu’elle a jugés être un succès.

Avec Taiwan Info

NO COMMENTS