Plus de 600 fidèles du temple Tienhou de Chiayi, dédié à Matsu, ont commencé hier un pèlerinage vers Meizhou, dans la province chinoise du Fujian, d’où est originaire cette déesse du panthéon taoïste.

Plus de 400 d’entre eux ont rejoint cette île par bateau. Il s’agit du premier déplacement de ce type depuis l’établissement des liaisons maritimes et aériennes directes entre les deux rives du détroit de Taiwan, le 15 décembre dernier.

Avec Taiwan Info

Le pèlerinage de Matsu
(GIO, 04.2000)

Le détroit de Taïwan est connu pour ses courants et contre-courants alternants avec les moussons, tant redoutés des marins chinois. Sa traversée était autrefois périlleuse, et l’abord du rivage insulaire rendu dangereux par l’hostilité des tribus aborigènes. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles l’île a été tardivement fréquentée par les Chinois.

Pêcheurs et aventuriers se sont pourtant lancés sur ces eaux menaçantes, sous la seule protection du Ciel, donnant naissance au culte de Matsu, la déesse de la Mer et la protectrice des Marins. Selon la tradition, une jeune femme appelée Lin Mo-niang (960-987), née dans l’île de Meizhou, dans la province du Fujian, serait parvenue à plusieurs reprises à calmer les flots en furie, sauvant des marins en perdition. Vénérée de son vivant, elle est déifiée après sa mort sous le nom de Matsu (Ancêtre Mère), avec le titre de Mère céleste, tandis que son culte se répand rapidement sur les côtes chinoises aux XIe et XIIe siècles.

Sur son lieu de naissance a été édifié un grand temple, haut lieu de pèlerinage des pêcheurs et des marins chinois. Plus tard, arrivant en masse à Taïwan après une traversée pénible, les pionniers chinois ont remercié la déesse de la Mer en lui consacrant quelque 870 temples dans l’île et en la proclamant protectrice de Taïwan.

A la suite de la conquête du continent chinois par les forces communistes, les pèlerinages insulaires à destination de Meizhou ayant été interdits, c’est le temple de Chen-lan, à Tachia, dans le centre de l’île, où avaient été déposées des reliques de Matsu provenant du grand temple de Meizhou, qui est devenu le centre d’attraction des fidèles taïwanais.

Ainsi, chaque année, l’anniversaire de Matsu (le 23e jour du IIIe Mois du calendrier chinois traditionnel, tombant cette année le 27 avril) y est célébré avec ferveur au milieu de rituels complexes et colorés. Précédant le saint événement, une grande procession est organisée pendant huit jours: l’effigie sacrée, conservée à Tachia, se rend alors en visite dans quelque soixante grands temples dédiés à la déesse de la Mer avant de revenir à son point de départ. Sur un parcours d’environ 300 km, les fidèles se bousculent pour vénérer la divinité portée sur un palanquin, la voir ou la toucher à son passage, implorant, priant avec des bâtonnets d’encens et présentant nombre d’offrandes.

Après la levée de la loi martiale en 1987, les insulaires ont profité des visites autorisées sur le continent pour reprendre le pèlerinage en direction de Meizhou par des chemins indirects. Devant leur nombre croissant, jusqu’à 100 000 par an, des tours ont été organisés via Hongkong ou Macao.

Depuis longtemps, les fidèles réclamaient l’autorisation de faire le voyage directement. Leurs voeux ont été exaucés, puisque la loi du 21 mars 2000 vient en effet d’autoriser les liaisons directes avec le continent à partir de Kinmen, Matsu et des Penghu, des îles sous contrôle de Taïpei. Ainsi, pour la première fois depuis plus de 50 ans, les pèlerins pourront rejoindre directement Meizhou.

Avec GIO

NO COMMENTS

Laisser un commentaire