L’atoll Dongsha, qui est situé à environ 450 km au sud-ouest de Kaohsiung, est le plus large anneau corallien de la mer de Chine méridionale. C’est aussi le premier parc national maritime de Taiwan. L’atoll a une aire totale d’environ 500 km2. Il est composé d’une barrière de corail formant un cercle ouvert d’une circonférence d’environ 46 km, à l’intérieur duquel l’eau n’a qu’un mètre de profondeur à marée basse. Une langue de sable de 1,74 km2 s’élève sur le bord occidental du récif. « C’est le seul atoll de cette envergure faisant partie du territoire national. C’est une part précieuse de notre héritage naturel qui a pris des dizaines de millions d’années à se former », dit Shaw I-pung [蕭一鵬], en charge du parc national maritime créé en 2007.

Les récifs de corail sont souvent appelés les « forêts primaires de la mer » parce qu’ils abritent une faune et une flore marine extrêmement variées. A ce jour, on a identifié dans les environs 264 espèces de corail et 556 espèces de poissons. L’une des principales menaces qui pèsent sur les barrières de corail aujourd’hui est le réchauffement des océans. A Dongsha, les problèmes sont aggravés par la pêche à la dynamite, au poison ou à l’électricité qui persiste malgré l’interdiction de ces méthodes. Une enquête réalisée sur une petite partie de l’atoll Dongsha a montré une baisse dramatique de la couverture corallienne. Shaw I-pung explique que les bateaux de pêche en provenance de Taiwan, de Chine continentale, du Viêt-nam et de Hongkong, entre autres, sont en grande partie responsables des dégâts écologiques.

Dongsha Marine Park
Vue globale

Outre sa mission de protection de l’environnement naturel de Dongsha, l’administration du parc national maritime s’est lancée peu après sa création dans un projet sur cinq ans consistant à expérimenter diverses méthodes de greffe et de propagation du corail, afin de stimuler la régénération des récifs. Les premiers résultats sont encourageants : Shaw I-pung a déjà observé une légère augmentation du nombre de poissons et autres créatures marines dans la zone ainsi que de la couverture corallienne.

Le parc national protège aussi la flore indigène de l’île en arrachant les espèces exotiques qui y ont été introduites, en particulier les rideaux d’arbres plantés par l’armée pour servir de coupe-vent. De la même façon, les brise-lames en béton, installés par l’armée également, seront retirés pour rendre au littoral son aspect originel.

Dongsha Marine Park Plan
Localisation de l'atoll

Actuellement, les seuls occupants de l’île sont les membres des Gardes-Côtes et des chercheurs travaillant pour le parc national. Les seuls liens avec le reste du monde sont les vols hebdomadaires reliant Dongsha à Kaohsiung et d’occasionnelles liaisons cargo pour le matériel destiné à la base militaire qui se trouve sur cette petite île. Sur place, on circule à vélo. Chaque année, quelques étudiants sont invités pour un séminaire organisé par le parc national, mais c’est à peu près le seul moyen de découvrir les charmes de l’endroit pour l’instant.

La restauration de l’écosystème de l’atoll n’en est qu’à ses débuts, et il faudra sans doute des dizaines d’années pour y parvenir. Pour l’instant, souligne Shaw I-pung, il est trop tôt pour dire si et quand le site pourra être ouvert au public.

Dongsha restera donc vraisemblablement encore « zone interdite » pendant quelques années au moins. En tout cas, la création d’un parc national maritime à cet endroit symbolise la détermination des pouvoirs publics à préserver cet environnement unique.

Site internet du Dongsha Marine National Park: http://dongsha.cpami.gov.tw

Par Audrey Wang, Taiwan Aujourd’hui

[nggallery id=10]

NO COMMENTS

Laisser un commentaire