Un vénérable voudrait interdire la diffusion du spectacle à la télévision et exige des excuses publiques de la part des auteurs et acteurs.

Le vénérable suprême Non Gneth a piqué une grosse colère en visionnant, le 25 décembre dernier sur la chaîne de télévision CTN, l’opéra rock « Where elephants weep ». Il l’a fait savoir dans un courrier adressé le 30 décembre au ministère des Cultes et des affaires religieuses qu’il a fait suivre aux ministères de la Culture et de l’Information. Selon lui, cette œuvre touche « aux préceptes religieux car les acteurs qui jouent les rôles des bonzes en dansant et en chantant feraient un peu trop « voyoux » à son goût. Autres motifs du courroux du religieux, la phrase prononcée par l’un des personnages : « un bonze veut une femme » et le fait qu’un bonze ait observé une femme en cachette. En conséquence, il appelle purement et simplement l’interdiction totale de sa diffusion et demande aux acteurs qui jouent les rôles des bonzes et aux responsables de l’opéra de présenter leurs excuses en public.

Du côté du cabinet du ministère de la Culture, une source évoque une possible « confusion », tout en précisant « qu’aucune décision n’a encore été prise ». Khieu Kanharith, ministre de l’Information, a quant à lui demandé à son homologue de la Culture de ne pas interdire les représentations futures de l’opéra, mais seulement sa diffusion sur les télévisions cambodgiennes. Le ministre, qui estime qu’il ne faut pas être trop « puriste », pense qu’à travers ce spectacle « on reconnaîtra la qualité de l’art khmer » à l’étranger.

En réaction à cette polémique, le compositeur de « Where elephants weep », Him Sophy, lui même bouddhiste, aimerait faire comprendre à tous que cet opéra sert totalement le bouddhisme, car si les personnages des bonzes se retrouvent face à des problèmes, c’est parce qu’ils n’ont pas écouté le chef de la pagode. Et de s’interroger : « Si on dit que cet opéra est contre le bouddhisme, pourquoi ne dit-on pas que les journaux locaux qui publient des articles sur des bonzes qui violent des femmes sont contre le bouddhisme aussi ? »

Avec Cambodge Soir

NO COMMENTS

Laisser un commentaire