Un passeport de trop ?

1

La députée Diane Lee, du Kuomintang (KMT), a décidé hier de renoncer momentanément à ses responsabilités parlementaires et à son salaire d’élue, dans l’attente d’une clarification par Washington de son état civil au regard de la législation américaine sur la nationalité. Elle est en effet accusée par l’opposition d’avoir enfreint la loi en conservant sa nationalité américaine après son entrée en fonctions.

La veille, le député démocrate-progressiste Chai Trong-rong avait provoqué la colère de ses collègues KMT en dévoilant le contenu de la réponse envoyée par les autorités américaines à la demande d’information formulée par le ministère des Affaires étrangères.

La législation taiwanaise interdit en effet aux détenteurs d’un passeport autre que celui de la République de Chine de servir en tant qu’élu ou haut fonctionnaire. Depuis plusieurs mois, l’opposition affirme que plusieurs élus ou hauts fonctionnaires KMT ont conservé leur double-nationalité.

Les accusations se font plus précises concernant Diane Lee depuis la révélation de ce courrier américain que le président du Yuan législatif, Wang Jin-pyng, avait refusé de divulguer.

Diane Lee, qui a obtenu la nationalité américaine en 1991, assure l’avoir perdue par le simple fait d’avoir pris ses fonctions de députée à l’Assemblée municipale de Taipei en 1994.

Interrogé, le Département d’Etat américain a confirmé que la députée « a été reconnue comme une citoyenne américaine titulaire d’un passeport américain » mais indique en revanche qu’ « aucune perte de nationalité américaine n’a été enregistrée » à son égard.

Une décision devait être prise aujourd’hui dans cette affaire par le Parlement, où elle siège depuis 1999. Si les députés décidaient de désavouer leur collègue, celle-ci pourrait perdre son siège et se voir demander de rembourser l’ensemble des émoluments qu’elle a perçus à titre d’élue. L’opposition réclame en outre qu’elle fasse l’objet de poursuites judiciaires.

1 COMMENT

Comments are closed.